Innovation : quels choix de spécialisations pour la Martinique ?

13_12_11-Ampi-S3

Un nouvel exercice à l’échelle du territoire

Dans la continuité de la Stratégie Régionale d’Innovation Martinique (SRI) adoptée en Septembre 2012 , et dans le cadre de l’élaboration de la programmation 2014-2020, un nouvel exercice demandé par la Commission européenne mobilise, à l’échelle du territoire, les acteurs de l’innovation : la définition d’une stratégie de spécialisation intelligente appelée SRI-SI ou S3 (Smart Specialisation Strategy) .

La S3 est un processus de sélection aboutissant à une priorisation et une concentration des ressources sur un nombre limité de domaines d’activités et secteurs technologiques où une région dispose d’un avantage comparatif. Cette politique de « concentration  » doit permettre de générer de nouvelles activités innovantes qui conféreront aux territoires, à moyen terme, un avantage concurrentiel dans l’économie mondiale.

L’établissement d’une stratégie de spécialisation intelligente constitue, pour l’Europe, une conditionnalité ex ante à l’attribution des financements du FEDER aux Etats-membres et aux régions. Aussi, les choix opérés dans le cadre de l’exercice dessinent les contours de l’économie de l’innovation martiniquaise à l’horizon 2020.

 

Menés sous la houlette de la La Cellule Technique de Suivi et d’Evaluation (CTSE), regroupant la Collectivité régionale, les services de l’Etat (DIECCTE, DRRT…), le Conseil général, l’Association Martiniquaise pour la Promotion de l’Industrie (AMPI) et la Technopole Martinique de la Cacem, les travaux autour de l’élaboration de la S3 Martinique ont démarré en octobre 2012. Afin de répondre à la demande de la Commission européenne, les partenaires ont défini une Feuille de route précisant, entre autre,  les filières stratégiques pressenties, à savoir :

 

  • Agro et bio industries, pharmacopées et biodiversité
  • Energies renouvelables, éco construction, gestion des risques majeurs, gestion des déchets, « green tourism »
  • Santé, longévité, bien-être, innovations sociale et sociétale, inclusion sociale et solidarité, dialogue social et qualité de vie au travail
  • NTIC, analyses transversales en lien avec les niches de spécialisation potentielles identifiées

Depuis le 19 Novembre 2013, sont organisées autour de ces grandes thématiques, des  » ateliers S3″ réunissant les acteurs des secteurs concernés. Dans le cadre de ces ateliers qui se tiendront Jusqu’au 21 janvier 2014, les filières pressenties feront l’objet d’analyses et de prospectives afin d’identifier les domaines d’activités présentant le meilleur potentiel d’innovation.

 

Logo_SRI

Une approche de l’innovation à défendre

La S3 Martinique s’élabore dans le prolongement de La Stratégie Régional d’Innovation (SRI) qui identifie clairement les grands enjeux devant guider les politiques territoriales de soutien à l’innovation, à savoir  :

  • Développer la culture de l’innovation
  • Favoriser les démarches d’innovation comme facteur de compétitivité
  • Développer l’innovation sociale pour faire face aux défis induits par les mutations sociétales.
  • Poursuivre la construction du système de l’innovation
  • Mettre en œuvre une gouvernance opérationnelle

L’un des enseignements forts  de la SRI Martinique est l’émergence de « mécanismes » d’innovation fragiles et caractéristiques de notre situation de Région Ultra Périphérique (RUP). Aussi, l’enclenchement d’un processus de spécialisation de notre économie ne pourra s’opérer sans définir une approche de l’innovation adaptée aux RUP. En effet,  la Martinique constituant un marché insulaire de faible taille, ce sont d’autres formes d’avantages concurrentiels durables qui peuvent être recherchés par l’entreprise en quête d’amélioration de sa compétitivité. En outre, certaines créations d’activités qualifiées « d’import/substitution » peuvent être considérées comme de véritables démarches d’innovation car elles combinent, selon leur complexité : l’apport de nouveaux savoir-faire,  une activité de conception à travers l’adaptation des équipements ou l’amélioration de l’offre (goût locaux ou accès au produit), la différenciation par le coût et/ou la sophistication de l’offre sur le marché martiniquais.

 

Plusieurs projets innovants, notamment en matière de valorisation des ressources de l’écosystème local, sont susceptibles de procurer aux entreprises des avantages concurrentiels à l’échelle européenne, voire internationale. Toutefois,la plupart des projets portés par les entreprises martiniquaises concernent  des innovations de nature incrémentale destinée à l’amélioration des produits ou des services. même si leur  désir d’innover est réel, les entrepreneurs martiniquais prennent des risques à la mesure de leurs capacités de portage, de leur « marge de manoeuvre » financière et de leur visibilité « marché ». Aussi, les grandes caractéristiques des innovations martiniquaise reflètent la volonté des TPE et PME de « coller aux attentes du marché » . Dans le cas où la démarche de différenciation « produit » ou « technologique » comporte des risques  importants,souvent, l’innovateur ne peut qu’envisager un modèle économique basé sur des marchés dépassant les frontière de l’île . C’est le cas notamment  pour des projets reposant sur des adaptations de technologies à l’environnement insulaire tropical ou pour des projets de « produits identitaires à haute valeur ajoutée ».

Aussi, pour espérer un réelle « ancrage » économique, les choix de spécialisations qui seront effectués pour la Martinique devront reposer sur une  l’approche de l’innovation tenant compte du référentiel géographique concerné et des capacités des produits et des services à s’exporter.

 

Des pistes à explorer…

La définition d’une stratégie de spécialisation intelligente  sonne l’heure de choix déterminants pour la compétitivité du territoire. Conscients d’une impérative consolidation de notre culture d’innovation, plus de 200 acteurs de la « Martinique innovante »  ont démarré, depuis Novembre 2013, des « Ateliers S3 »  . Situé au coeur du processus d’élaboration de la stratégie, cette exercice de « découverte entrepreneuriale » devra permettre d’identifier des Domaines Prioritaires de Différenciation où l’entreprise, la recherche et les collectivités pourront coopérer afin de transformer les opportunités d’innovation en avantage concurrentiel pour le territoire. L’innovation variétale, l’agro-transformation, les bio-molécules, l’édition de logiciels, la gestion et prévention des risques naturelles, les outils de régulation des relations sociales au travail, les Eco constructions, le tourisme digital sont autant de pistes qui émergent suite aux premiers ateliers. Les prochaines étapes consisteront à détecter,  étayer et confirmer les pistes en s’appuyant sur de multiples critères,  parmi lesquels : la couverture de la chaîne de valeur, la masse critique,le poids économique, les avantages concurrentiels, la logique de clusters, la maturité des projets d’entreprises…

 

Les travaux d’élaboration de la stratégie de spécialisation  seront menés jusqu’en mars 2014. Afin que la S3 Martinique joue son rôle de « transformateur économique », les membres de la CTSE  conduisent le processus en respectant plusieurs points de vigilances essentiels, parmi lesquels : la cohérence de la S3 avec les Programmes Opérationnels 2013- 2020  et la  capacité des fonds européens à  soutenir les initiatives innovantes qui ne s’inscriront pas dans les Domaines Prioritaires de Différenciation.