Savoir importer : un enjeu triplement stratégique pour la jeune TPE martiniquaise

2017_05_16-Band

Pourquoi maîtriser les notions relatives à l’importation est un facteur qui constitue un enjeu pour une jeune entreprise, à fortiori quand elle est située dans les DOM ?

 

Tout d’abord, il s’agit d’un sujet complexe à la croisée de compétences et de domaines multiples que l’entrepreneur en démarrage ne maîtrise généralement pas en totalité : logistique, politique fiscale européenne et régionale, stratégie d’achat, trésorerie, rentabilité  et compétitivité.

 

D’autre part, dans la relation acheteur – vendeur, l’entreprise martiniquaise en démarrage est dans une relation déséquilibrée et à son désavantage à plusieurs titres :

  • En tant qu’entreprise basée en Martinique elle est dépendante du fait de l’insularité et de la taille du marché
  • En tant que jeune et petite entreprise, elle se retrouve face à des vendeurs en position de force en matière de négociation et souvent frileux face au risque d’impayé, au point de proposer des process d’importation parfois à la limite de la légalité
  • Les jeunes TPE martiniquaises à potentiel d’innovation s’adressent aussi à des fournisseurs pas forcément aguerris à l’international et ont eux-mêmes besoin d’être guidés dans leurs démarches « d’exportation »

Enfin, en important, la jeune TPE martiniquaise s’expose à des coûts qu’elle maîtrise et identifie mal sur les documents douaniers et de transit. Etre en mesure de calculer le coût de revient de ses importations est indispensable pour décider ou non d’importer et maîtriser ses marges.
 
Aussi, Technopole Martinique a animé le 16 mai dernier, avec le Service Export de la CCIM, et le Pôle Action Economique des DOUANES de Martinique, un Atelier de la Jeune Entreprise ayant pour thématique :
 

« Savoir importer : les clefs pour une jeune entreprise »

 
Maîtriser l’intégralité du process d’importation en Martinique, tel était l’objectif de cet atelier de 4 heures, qui a réuni une quinzaine de participants.
 
A retenir…
 
Si internationaliser ses achats ou sa production se présente désormais comme un passage obligé pour les chefs d’entreprises, et notamment ceux de régions insulaires comme la Martinique, il est primordial que cette démarche soit parfaitement implémentée.

 

En effet, le surcoût financier est un risque qui peut amener l’entrepreneur à interroger son choix de l’international.

 

Territoire européen, la Martinique bénéficie néanmoins d’une fiscalité propre, ce qui suppose le choix de l’import, comme fruit d’une réflexion prenant en compte tous les paramètres : espèce tarifaire, origine douanière, valeur en douane.
Ces trois données permettent de connaître précisément :

  • le montant des droits de douane
  • les formalités à effectuer
  • le régime préférentiel que je peux solliciter et la preuve d’origine à apporter

 

Une fiscalité spécifique est, en outre appliqué à la Martinique. L’octroi de mer à l’importation, qui concerne toutes les importations de biens dans les départements d’outre-mer peut être exonéré selon les délibérations sectorielles votées par la Collectivité Territoriale de Martinique (CTM). Enfin, la TVA Non Perçue Récupérable (NPR) rend possible une exonération de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) lors de l’importation de certains produits.

 

Ils ont participé…

2017_05_16-Knight
Magali KNIGHT, entrepreneur
 Je suis actuellement accueillie à la pépinière d’entreprises de la Technopole. Mon activité m’oblige à importer du matériel spécifique et je n’avais jamais eu à effectuer ce genre de démarches auparavant. j’avais donc besoin de me familiariser avec le jargon et le fonctionnement douanier pour pouvoir discuter avec les transitaires, les douanes et surtout, anticiper les prix proposés à mes clients. Cet atelier m’a aussi permis d’appréhender différemment le questionnement lié au choix de l’importation : quels produits ? quelle valeur ajoutée ? »

 


 
2017_05_16-Mercan
Georges MERCAN, entrepreneur
L’import n’est pas un domaine que je maîtrise, mais je suis obligé de le pratiquer pour mes activités. Je fais donc actuellement appel à des professionnels.
Grâce à cet atelier, j’ai désormais les bases pour mieux comprendre les offres qui me sont faites par les transitaires, mieux les discuter et mieux les négocier.
 »

 


 
 
 
 
2017_05_16-Etinof
Vitaline ETINOF, pôle d’action économique des douanes de Martinique
« Depuis plusieurs années, la douane s’engage en faveur du développement à et par l’international des entreprises françaises. Ainsi, l’équipe du pôle d’action économique, organise régulièrement des interventions pour sensibiliser les entreprises aux formalités douanières. Nous collaborons d’ailleurs avec le Service Export de la CCIM et nous animerons un atelier en juin prochain, à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA) de Martinique. Sur le territoire martiniquais, force est de constater que les démarches d’import, sont beaucoup plus fréquentes que celles pour l’export. Ce type d’atelier est donc nécessaire pour sensibiliser les acteurs aux problématiques qui peuvent être liées à la démarche. Conscientes de ce facteur, de plus en plus d’entreprises font la démarche de nous rencontrer ou de participer à des sessions collectives pour être dans les règles. »